La question de l’échec, tout comme de la réussite professionnelle, est un tabou en France. Il est difficile de parler de ses échecs professionnels, difficile d’en parler; les revendiquer, n’en parlons même pas.

Pourtant, les échecs que l’ont peut rencontrer son riche d’enseignement pour soit mais également pour les autres et ne sont aucunement une fin en soit.

Si je pense qu’il ne faut pas glorifier les échecs professionnels, j’ai également la conviction que la culture de l’échec peut être positive pour une entreprise et à titre personnel. Certes, il y a quelques barrières à faire tomber mais se permettre d’échouer c’est se libérer d’un poids qui nous empêche souvent de  nous lancer.

Il y a donc une culture de l’échec à instaurer dans votre entreprise pour permettre de se libérer et d’avancer plus vite, mieux et surtout, d’oser !